FAQ


1. Que dois-je faire avant l’intervention de chirurgie du nez ?

  • Se rendre aux deux consultations espacées avec le chirurgien. Celles-ci sont obligatoires de façon à prendre le temps de la réflexion et afin de s’assurer de la bonne compréhension mutuelle de ce qui est souhaité et de ce qui va être fait pour approcher le résultat souhaité.
  • Bien lire le devis qui aura été remis. Celui-ci, devra laisser un délai de réflexion minimum de 15 jours au patient avant la date de l’intervention. Ce devis comprend le détail de toutes les prestations, leur cout, ce qui est compris et c qui n’est pas compris dans le prix proposé.
  • Organiser la période d’indisponibilité en posant des congés par exemple, car aucune indemnisation de l’arrêt de travail n’est possible dans le cadre de la chirurgie esthétique. Pour la chirurgie réparatrice (séquelles de fractures ou de malformations) et sous réserve d’acceptation de la demande de prise en charge par la sécurité sociale), un arrêt de travail de 10 jours est à prévoir.
  • Arrêt de la prise d’aspirine, d’anti inflammatoires, ou d’anticoagulants 15 jours avant l’intervention, éventuellement sous le contrôle du médecin traitant pour les traitements au long cours.
  • Ne pas fumer : un arrêt même court, de l’intoxication au tabac, est bénéfique pour l’oxygénation et la qualité du réveil après une anesthésie générale.
  • L’arrêt de la contraception orale 1mois avant l’intervention pour diminuer le risque thrombo-embolique.(risque rare de formation d’ un caillot dans les veines des jambes, qui peut partir dans la circulation sanguine) La veille de l’intervention
  • Réaliser un shampoing antiseptique la veille d l’intervention, permet de diminuer la quantité de germes présents sur la peau et donc de diminuer les risques d’infection.
  • Ne pas boire (y compris l’eau) depuis minuit la veille de l’intervention Le jour de l’intervention - prévoir le temps suffisant pour arriver à l’heure prévue, sans stress excessif
  • Passer à l’accueil de la clinique pour régler le devis et suivre les instructions pour l’hospitalisation
  • Une perfusion sera posée sur un de vos bras
  • Au bloc opératoire, vous pourrez parler au chirurgien avant votre anesthésie

2. Que signifie reconstruction mammaire par « D.I.E.P. » ?

D.I.E.P est un sigle en anglais correspondant à « Deep Inferior Epigastric artery Perforator flap », c’est à dire « lambeau à perforante de l’artère épigastrique inférieure ».

Tout d’abord, il faut définir ce qu’est un lambeau chirurgical.

Il s’agit d’un morceau de tissu (peau, muscle, os, graisse…) qui a été séparé de ses attaches au reste du corps, sauf celles qui contiennent le réseau de fines canalisations permettant au tissu d’être alimenté en oxygène contenu dans le sang. Ces attaches restantes necessaires (le pédicule) , peuvent être une bande de peau, un muscle, ou seulement des vaisseaux sanguins. Le fait d’avoir séparé du corps ce morceau de tissu, lui donne une mobilité, qui peut permettre d’atteindre une zone distante ou il existe un manque tissulaire (mutilation chirurgicale après cancer, zone brulée etc…).

Le fait de prelever ces tissus à toujours des conséquences (cicatrices, manque de force…).

Ces conséquences sont à comparer aux benéfices apportés par la reconstruction mammaire.

Les recherches réalisées actuellement dans ce domaine ont pour objet de diminuer les conséquences néfastes et d’augmenter la fiabilité de la procédure.

Les progrès techniques et technologiques permettent aujourd’hui de séparer complètement ce tissu du reste du corps, sans y garder aucune attache, les vaisseaux sanguins étant ensuite « rebranchés » en utilisant un microscope pour les racommoder.

Les progrès sont tels que l’on arrive à prélever le lambeau sans trop abîmer la zone ou il a été prélevé. Les attaches nécessaires sont réduites au strict minimum : les vaissseaux sanguins, sans y inclure de muscle ou de peau, avant que celles ci soient sectionnées pour être ensuite rebranchées.

Les vaisseaux perforants (artères perforantes), sont des vaisseaux sanguins qui naissent de gros troncs profonds et viennent irriguer la peau après avoir perforé le muscle en profondeur, dans leur trajet vers la superficie. Le lambeau DIEP est irrigué par des perforantes qui traversent les muscles de l’abdomen, et qui viennent d’un gros tronc profond (sous le muscle) appelé « artère épigastrique inférieure ».

  • La technique chirurgicale pour le DIEP consiste à prélever la peau du ventre sous l’ombilic, avec ses vaisseaux perforants et le gros tronc (artère épigastrique inférieure), sans prélever de muscle, et à rebrancher ce gros tronc près de l’endroit à recontruire (vaisseaux du thorax ou de l’aisselle).

Ensuite, la plaie résultant de ce prélèvement est fermée en utilisant l’élasticité de la peau située au dessus de l’ombilic, et en repositionnant celui ci ; ce qui correspond quasiment à l’intervention de chirurgie eshétique appelée abdominoplastie (une sorte de lifting du ventre)

3. Après l'opération du nez, Quand suis-je de retour dans ma chambre ?

Après la période au bloc opératoire et après la période en salle de réveil.

  • L’ intervention dure de 1 à 3 heures, en fonction de la complexité de la procédure (plus long si greffes cartilagineuses multiples).
  • La durée du réveil dépend de la durée de l’intervention mais aussi des susceptibilités individuelles (un fumeur va beaucoup plus tousser par exemple…)

Pour pouvoir sortir de la salle de réveil le patient doit être parfaitement conscient et capable de respirer seul, ce qui est jugé par l’anesthésiste. Il ne doit souffrir d’aucune complication chirurgicale (saignement excessif par exemple), ce qui est jugé par le chirurgien.

4. Que dois-je faire avant l’intervention de reconstruction du sein ?

  • Préparer tout son dossier médical : protocole therapeutique suivi, adresses des correspondants : medecin traitant, gynécologue, radiothérapeute, chimiothérapeute, oncologue…
  • Se rendre aux deux consultations espacées avec le chirurgien. Celles-ci sont obligatoires de façon à prendre le temps de la réflexion et afin de s’assurer de la bonne compréhension mutuelle de ce qui va être fait, des alternatives thérapeutiques (autres solutions chirurgicales) ; pour pouvoir poser toutes les questions auquelles on aurait pas pensé la première fois.
  • Bien lire le devis qui aura été remis. Celui-ci, devra laisser un délai de réflexion minimum de 15 jours au patient avant la date de l’intervention. Ce devis comprend le détail de toutes les prestations, leur cout, ce qui est compris et ce qui n’est pas compris dans le prix proposé.
  • Un arrêt de travail de 21 jours à 1 mois est à prévoir.
  • Arrêt de la prise d’aspirine, d’anti inflammatoires, ou d’anticoagulants 15 jours avant l’intervention, éventuellement sous le contrôle du médecin traitant pour les traitements au long cours.
  • Ne pas fumer : un arrêt même court, de l’intoxication au tabac, est bénéfique pour l’oxygénation et la qualité du réveil après une anesthésie générale.
  • L’arrêt de la contraception orale 1mois avant l’intervention pour diminuer le risque thrombo-embolique.(risque de formation d’ un caillot dans les veines des jambes, qui peut partir dans la circulation sanguine)
  • Se procurer les bas anti thrombose prescrits par le chirurgien.
  • Se procurer la gaine de contention abdominale qui aura été prescrite par le chirurgien

La veille de l’intervention

Prévoir le temps suffisant pour arriver à l’heure prévue, sans stress excessif.
Passer à l’accueil de la clinique pour régler le devis et suivre les instructions pour l’hospitalisation.
Un shampoing antiseptique sera réalisé, il permet de diminuer la quantité de germes présents sur la peau et donc de diminuer les risques d’infection.
Ne pas fumer ni boire (y compris l’eau) depuis minuit la veille de l’intervention.

Le jour de l’intervention

Une perfusion sera posée sur un de vos bras.
Des bas anti thrombose seront portés pendant toute la durée de l’intervention.
Au bloc opératoire, vous pourrez parler au chirurgien avant votre anesthésie.

6. Après l'intervention de reconstruction du sein, quand suis-je de retour dans ma chambre ?

Après la période au bloc opératoire et après la période en salle de réveil.

L’intervention dure de 4 à 6 heures, en fonction de la complexité de la procédure (plus long si vaisseaux perforants de petit calibre).

La durée du réveil dépend de la durée de l’intervention mais aussi des susceptibilités individuelles (un fumeur va beaucoup plus tousser par exemple…).

Pour pouvoir sortir de la salle de réveil le patient doit être parfaitement conscient et capable de respirer seul, ce qui est jugé par l’anesthésiste.

Il ne doit souffrir d’aucune complication chirurgicale (mauvaise oxygénation du lambeau, ou saignement excessif par exemple), ce qui est jugé par le chirurgien.

7. Que ce passe t-il après l’intervention de chirurgie esthétique du nez ?

Il est souhaitable de ne pas conduire et de vous faire ramener.

Comme dans tout traumatisme du nez, s’ensuivront des gonflements (oedèmes) sur le nez et autour des yeux, plus ou moins importants en fonction de l’ampleur du geste et des susceptibiltés individuelles. En plus de ces gonflements, se produisent aussi souvent des ecchymoses (des bleus), surtout lorsqu’il a été nécessaire de fracturer l’os.

Une gêne respiratoire est fréquente, surtout si le nez a été volontairement bouché par des pansements au fond des narines (mèches). Il faut donc respirer par la bouche pendant ce temps.

Une ordonnance vous sera remise pour vous procurer des fluides necessaires à l’humidification pluri quotidienne de l’interieur des narines (fosses nasales) ; et à la bonne évacuation des glaires (mucosités).

Si le nez est bouché par les mèches, cette humidification ne sera débutée qu’ après que les mèches aient été enlevées (24-48 heures en moyenne).

Des comprimés de paracetamol (antalgiques) sont en général suffisants pour traiter la douleur. Des comprimés anti inflammatoires à prendre au milieu du repas sont prescrits également pour quelques jours. Parfois des antibiotiques sont également prescrits (pas automatique, signaler toute allergie à la penicilline).

Des compresses humidifiées avec du serum physiologique froid, appliquées régulièrement sur les paupieres aideront à faire partir plus vite les oedemes autour des yeux ; de même que la position demi assise.

L’insensibilité du nez est quasi constante pendant plusieurs mois.

Si une attelle a tété positionnée pour protéger le nez, celle ci sera enlevée au bout de 7 à 10 jours, délai nécessaire pour que les os et cartilages commencent à s’engluer sur la peau cicatrisée, les empêchant de se déplacer. Ce délai semble suffisant pour la majorité des rhinoplasties. Il est à noter que la solidité osseuse totale n’est pas acquise avant 6 semaines.

8. Combien de temps suis-je hospitalisé(e) pour une reconstruction du sein ?

Une durée de 7 jours semble raisonnable, pour juger de la probabilité d’échec qui est alors extrênement faible, pour un lambeau qui n’a posé aucun problème.

En revanche, un lambeau qui aura posé problème (mauvaise oxygénation, parce que vaisseaux bouchés) necessitera une surveillance de 10 à 15 jours supplémentaires après la résolution du problème.

10. Que ce passe t-il après l’intervention de reconstruction du sein ?

Vous serez en position légèrement assise dans votre lit de façon à soulager la réparation de la plaie du ventre.

Le pansement sur le sein reconstruit permettra de surveiller en permanence la couleur de celui-ci qui doit être d’un rose très pale.

Une couleur violacée témoigne d’une gêne à l’évacuation du sang par les veines, et peut conduire à vérifier chirurgicalement la perméabilité de ces veines.

Les pansements sont changés en fonction de la quantité de sérosités qui les tachent.

Le lever au fauteuil est autorisé, et même recommandé dès le lendemain en étant aidé pour le premier lever.

Les drains sont enlevés au 5 ème jour en moyenne.

La sortie sauf complications se fait au 7 ème jour.

Les pansements sont faits à domicile par une infirmière tous les deux jours, pendant 10 à 15 jours. Les activités domestiques habituelles doivent être modérées.

L’arrêt du sport est nécessaire pour 2 mois.

Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales